Préambule : Cette nouvelle, écrite au second semestre 2002, se présente comme une énigme policière dans le style des romans populaires d'Agatha Christie, Exbrayat, ou Patricia Highsmith. L'élément principal en est le suspense. Le texte dans sa totalité comprenant plusieurs dizaines de pages, je conseille au lecteur intéressé d'en effectuer une copie sur papier et de le lire tranquillement devant un feu de bois. Les notes faisant référence à des renvois insérés dans le texte sont volontairement placées au début pour éviter au lecteur qui voudrait les consulter de se trouver en présence de la fin.

 

Bonne lecture...

 

NOTES

1)  – 4 ° Fahrenheit = - 20 ° Celsius

2)  Je ne sais pas nager ! Comprenez-vous ?

3)  J'ai peur

4)  PEINTURE FRAÎCHE

5)  FREIN DE SECOURS

6)  En français dans le texte

7)  En italien dans le texte

8)  En anglais dans le texte



HUIS-CLOS EN ALTITUDE

 

 

Le petit bateau à moteur progressait sur les eaux noires et glacées du lac alpin, au milieu d'un cirque formé de montagnes gigantesques. On avait juste atteint le centre de l'étendue liquide. Les sept passagers tournaient les yeux de tous côtés, profitant du paysage fantastique des sommets enneigés. Les Alpes autrichiennes, dans la lumière du crépuscule qu'on ne pouvait que deviner, car le soleil avait disparu depuis longtemps, prenaient une teinte mauve qui aurait ravi un peintre ou un photographe.

Outre le passeur, un jeune garçon du pays qui tenait avec maladresse la barre du moteur, il y avait là Miss Ann Arowns, une jeune fille de la bonne société londonienne au gentil minois couvert d'un bonnet de ski. Elle avait sacrifié son goût de l'élégance aux contingences pratiques et portait un pantalon « fuseau », un anorak et de grosses chaussures en peau de phoque. Mais les mèches blondes qui dépassaient de son couvre-chef, artistiquement bouclées par le fer d'un coiffeur à la mode, et son maquillage étudié, laissaient deviner chez elle un penchant marqué pour la coquetterie.

À ses côtés se tenait Solomon Apfelbaum. À peine plus âgé que sa voisine, il donnait pourtant une impression de grande maturité. Le regard exalté de ses yeux bleu clair semblait toujours porter au-delà de l'objet qu'il fixait. Ses cheveux d'un noir de jais n'étaient emprisonnés d'aucune coiffure et battaient sur ses tempes, agités par le vent de la course. Par l'ouverture de sa parka dont il n'avait pas fermé les boutons, on pouvait voir en évidence une étoile de David en or, suspendue à une chaîne qui faisait le tour de son col roulé.

Devant eux un homme et une femme étaient assis. L'homme, vêtu d'un élégant manteau de tweed, représentait l'image classique du bourgeois anglais. Bien que le climat sec de l'hiver alpin ne le justifiât en rien, il tenait dans sa fine main le manche d'un parapluie noir ; et de l'autre, affreusement atrophiée, il caressait constamment sa petite moustache blonde. Il s'agissait de Neville Hammersmith, le fils du célèbre docteur, l'inventeur de la fameuse méthode de psychothérapie dissociée qui lui avait valu le titre de lord du Royaume. Neville venait de fêter ses quarante ans mais il ne désespérait devenir un jour aussi célèbre que son père. Il avait publié de nombreux livres traitant de psychologie ; dont certains faisaient déjà autorité.

La femme, Colette Dubois, portait un magnifique vison et un chapeau assorti. À peine plus jeune que son voisin, elle était encore assez jolie, et dégageait une impression de gentillesse et de sympathie qu'un fort accent français ne parvenait pas à dissiper.

Enfin, à la proue du bateau, deux hommes menaient une grande conversation. À gauche, Erwin Klinkel, un émigré allemand vivant à Boston et qui s'exprimait pourtant dans un anglais parfait auquel un professeur d'Oxford n'eut rien trouvé à redire. Il était né avec le siècle mais ses cheveux étaient encore d'une blondeur éclatante. Klinkel était un humoriste, auteur de romans et de pièces de théâtre qui obtenaient un grand succès en Amérique. Ses œuvres, empreintes d'un esprit fin et sarcastique, provoquaient l'adulation des critiques. On le comparait souvent à George Bernard Shaw ou Oscar Wilde.

Et sur la même banquette était assis Hercule Poirot, le célèbre détective belge.


« - Ne trouvez-vous pas ce paysage magnifique ? – dit Ann Arowns à son voisin. Quand je pense qu'hier encore, j'étais dans les brumes de Londres. À Hyde Park, on n'y voyait pas à dix yards ! »

Solomon Apfelbaum détacha son regard des lointaines montagnes et se tourna vers Ann.

« En effet ! J'ai rarement eu dans ma vie l'occasion de contempler quelque chose d'aussi… charmant. »

Et, ce disant, il braquait ses yeux sur ceux de la jeune femme. Avec une telle insistance que celle-ci dut détourner la tête pour dissimuler son trouble. Pour faire diversion, elle tapota l'épaule de Colette Dubois, assise juste devant elle. La française se retourna et la regarda avec un sourire interrogatif.

« - Auriez-vous un miroir ? - dit Ann – j'ai un grain de poussière dans l'œil.

-  Bien sûr ! J'en ai toujours un dans mon sac à main. - Colette Dubois quitta avec difficulté ses moufles épaisses et fourragea dans son sac – Oh ! Je ne le trouve pas ! Il y a tellement de fouillis là-dedans ! Bon ! Aux grands maux les grands remèdes ! »

La femme retourna le sac et en vida le contenu sur la banquette. Hercule Poirot se retourna en entendant le cliquetis provoqué par l'avalanche des effets personnels de Madame Dubois sur la moleskine du siège. Elle sortit du tas d'objets hétéroclites un petit miroir de poche et le tendit à la jeune fille.

« - Tenez !

-  Merci ! »

Ann retira de sa paupière la poussière imaginaire et en profita pour remettre de l'ordre à sa coiffure. En rendant le petit miroir à sa propriétaire, elle entreprit d'engager la conversation.

« - Vous êtes française, n'est-ce pas ? Savez-vous que j'adore votre pays. J'ai passé toutes mes vacances quand j'étais petite dans un petit village des hauteurs de Nice où mes grands-parents possédaient une villa. C'était formidable ! La fantaisie de ces gens, la pétanque, les terrasses de bistrots sous les platanes. Et la cuisine ! Fantastique ! La bouillabaisse, l'aïoli, la daube provençale ! Je m'y suis mise et je suis capable aujourd'hui de préparer des plats qui font la joie de mes amis ; cassoulet, coq au vin, gratin dauphinois, escargots, et même des cuisses de grenouille !

-  J'en suis très flattée – répondit Madame Dubois. – Moi-même j'adore faire la cuisine. Si le chalet où nous devons passer ce week-end dispose d'un équipement convenable et si le réfrigérateur contient tous les ingrédients nécessaires, je vous promets de réaliser quelques-unes unes de mes recettes favorites : pot au feu, escalope normande, tarte tatin…

-  Ne vous inquiétez pas ! Dans la lettre d'invitation que j'ai reçue, il est spécifié que nous ne devons manquer de rien. La maison est équipée d'un frigo ultra moderne qu'on appelle congélateur. La température y descend jusqu'à moins quatre degrés. On peut y conserver la nourriture des mois, voire des années. C'est une invention américaine. Croyez-vous qu'on puisse en trouver à Londres ?

Neville Hammersmith fit volte face et dit en souriant à la jeune femme :

« Ne pensez-vous pas, mademoiselle, que le moment est bien mal choisi pour évoquer des froids aussi intenses ? Je grelotte sous mon manteau et je suis surpris que l'eau de ce lac soit encore liquide et que nous ne puissions le traverser à pied sec ! Parlez-nous plutôt des palmiers de la promenade des anglais que j'ai parcourue souvent dans une tenue bien plus légère et, le croirez-vous, sans tenir un parapluie ! »

Colette Dubois prit la parole :

« - J'espère que le chalet est bien chauffé. Mais, dites-moi, pourquoi admirez-vous tant la technique américaine ? Mon vieux Frigidaire descend jusqu'à moins cinq !

-  Vous oubliez quelque chose, Madame, répondit Hammersmith, nous comptons en degrés Fahrenheit ! Pour que votre vieux frigo descende aussi bas que ces moins quatre degrés (1), je ne vois qu'une solution : installez-le en plein hiver au cœur de la Sibérie, et surtout, n'oubliez pas d'en ouvrir la porte ! »

Tous les quatre éclatèrent de rire. Même Solomon Apfelbaum. Le jeune homme qui tenait la poignée du moteur, à la poupe de l'embarcation, arbora un sourire poli. Comme participation minimale à l'hilarité collective provoquée par une conversation à laquelle il ne comprenait pas un traître mot. Quant à Erwin Klinkel et Hercule Poirot, ils étaient tellement absorbés par leur dialogue qu'ils ne daignèrent même pas se retourner.

« - Je m'interroge, disait l'allemand, sur les raisons qui ont poussé ce monsieur Tchevo à nous inviter tous les six dans ce chalet isolé. J'attends avec impatience demain midi, quand il nous rejoindra là-haut. À quoi peut-il ressembler ?

-  À rien ! - Répondit Poirot.

-  Comment ça, à rien ?

-  Vous êtes un homme cultivé et d'une intelligence bien supérieure à la moyenne, Monsieur Klinkel - reprit le détective d'un ton suffisant. – Avec un tel patrimoine, si vous saviez à bon escient faire fonctionner vos petites cellules grises, quelque chose aurait dû vous sauter aux yeux ! Et vous renseigner sur l'identité de notre hôte.

-  Ah bon ? - répliqua Klinkel, vexé. Et sans attendre demain, quand je pourrai le voir en chair et en os, si vous me faisiez part de vos géniales déductions ?

-  Ne prenez pas ombrage. Tout le monde ne peut avoir la puissance de raisonnement du plus grand détective au monde ! Mais je vais éclairer votre lanterne. Pour la bonne raison que Monsieur Tchevo ne le fera pas à ma place ; puisqu'il ne viendra pas demain ; ni après demain d'ailleurs !

-  Mais il dit dans sa lettre que…

-  Il ne dit rien ! Il n'a même jamais rien dit de sa vie ! Et il n'a jamais eu de vie puisque… Monsieur Tchevo n'existe pas !!!

-  Comment ça ? Un fantôme ? Un ectoplasme ?

-  Quelque chose dans ce genre. Ou plutôt un être irréel. Pas un homme de chair et de sang comme vous et moi, mais un personnage inventé. Inventé par l'auteur de la lettre d'invitation qui lui, est bien réel !

Neville Hammersmith et Colette Dubois, que leur position juste derrière les deux hommes, permettait de suivre l'échange, s'étaient tus depuis une minute et écoutaient avec intérêt les propos d'Hercule Poirot. Aussitôt imités par Ann Arowns et Solomon Apfelbaum qui tendaient le cou depuis le banc arrière pour ne pas en perdre une miette. Cinq paires d'yeux captivés fixaient le petit belge moustachu. Seul le garçon qui tenait la barre avait gardé l'air indifférent que prend un étranger au milieu d'une conversation qu'il ne comprend pas.

Poirot, constatant avec une joie évidente qu'il disposait d'un auditoire passionné, hocha la tête et poursuivit à l'adresse d'Erwin Klinkel :

« - Dites-moi, cher Monsieur, tout ce que vous savez sur notre généreux amphitryon. À supposer qu'il existe…

-  Il se nomme « Tchevo », comme l'indique l'en-tête de la lettre. « Nikolaï Tchevo ». Il doit être russe. Et il signe, comme le veut l'habitude de son pays « Nikolaï Ivanovitch », en faisant suivre son prénom du patronyme. C'est tout ce que je sais de lui ! Mais sa nationalité, ou plutôt son origine, ne fait aucun doute. C'est un soviétique, ou plus probablement un russe blanc, j'en suis certain. Je connais bien la Russie et ses coutumes. J'y suis souvent allé… Pour affaires… - Klinkel marqua un temps d'arrêt. – Oui ! Un russe blanc fils d'émigrés ayant fui la révolution. Je n'imagine pas un bolchevik invitant six personnes pour une semaine dans un chalet luxueux. Quand on sait la misère qu'il y a la-bas ! Et qu'en plus le tovaritch Nikita n'accorde pas facilement à ses moujiks un visa de sortie pour leur permettre de constater de visu la débâcle de l'enfer capitaliste ! »

-  Vous savez, Mein Herr, on raconte beaucoup de bêtises à propos de l'U.R.S.S. ! Et cette vision caricaturale en est une de plus ! »

C'était Colette Dubois qui venait de prendre la parole. La mine souriante qu'elle arborait un instant plus tôt avait quitté son visage, laissant place à une grimace rageuse où, dans les deux yeux volcaniques surmontant un nez frémissant et une bouche tremblante, pouvait se lire toute la colère du monde. Klinkel, interloqué, ne disait mot.

Hercule Poirot, jugeant que cette intervention déroutait l'intérêt de ses auditeurs, reprit les choses en mains :

« - Allons ! Allons ! Ce n'est ni le lieu, ni le moment pour faire de la politique ! Nous sommes loin de Londres, et de Moscou. Et tout près d'une maison où nous devons passer une semaine ensemble. Il nous appartient de tout faire pour que ce séjour soit un enchantement. Mesurez-vous la chance que nous avons de se voir offrir sept jours de vacances tous frais payés dans un endroit aussi magnifique ? Et combien nous devons être reconnaissants à Monsieur Tchevo de nous avoir invités ? Et puisqu'il est question de lui, dites-moi, Herr Klinkel, comment l'imaginez-vous ?

-  Je le vois, ou plutôt je le voyais avant que vous ne mettiez en doute son existence, comme une espèce de cosaque à moustache chaussé de bottes de cuir avec un chapeau de fourrure.

-  N'oubliez pas le sabre ! – ajouta Poirot. Puis, portant un regard circulaire sur les passagers du bateau – Voyez, chers amis, l'étendue de l'imagination humaine. Monsieur Klinkel, et vous tous j'en suis sûr, avez forgé dans votre esprit l'image d'un homme qui n'a jamais existé !

-  Mais dites-nous enfin, Monsieur Poirot, ce qui vous permet d'affirmer cela – s'enquit Solomon Apfelbaum.

-  Voyons ! « Tchevo » comme nom russe est assez improbable. Mais accolez-y les initiales. Nikolaï « N » et Ivanovitch « I ». Ensemble ça donne « NITCHEVO », autrement dit : « RIEN » en russe !

-  Ach ! Je n'y avais pas pensé ! – s'exclama Klinkel. – Vous avez raison, « nitchevo » est le mot qui signifie « rien » dans cette langue. Ainsi, notre hôte n'est qu'un personnage virtuel. Mais qui a écrit les lettres d'invitation ?

-  Je ne suis pas en mesure de vous le dire maintenant. Mais je vous promets de vous l'apprendre avant que le téléphérique n'atteigne le sommet de la montagne où se trouve notre chalet. En faisant fonctionner mes petites cellules grises…

-  Ça me rappelle un livre que j'ai lu autrefois. – remarqua Colette Dubois. - C'était l'histoire de dix personnes invitées dans une île par un mystérieux inconnu qui avait signé les invitations d'un nom d'emprunt, signifiant quelque chose comme « personne » ou « anonyme » ; et qui se faisaient assassiner une à une par le meurtrier, figurant parmi les invités, jusqu'à ce qu'il ne reste plus personne. Enfin presque ! Puisque ça se terminait en « happy end. » Avec un beau garçon et une belle fille...

La barque atteignit le débarcadère, relié à la terre ferme par un ponton de bois reposant sur des pilotis qui prenaient appui sur le fond du lac, à travers l'eau noire. Les passagers, Poirot en tête, gravirent les degrés d'une petite échelle qui menait à la plate-forme. Suivis du jeune autochtone qui hissait un caddie contenant les bagages.

Les six invités et le passeur entreprirent leur progression en file indienne sur l'étroite passerelle dont les planches, plus ou moins vermoulues, surplombaient de trois ou quatre yards la surface ténébreuse des eaux. Des panneaux, placés à intervalles réguliers, indiquaient la profondeur ; deux à trois mètres, et même quatre mètres cinquante au point où le ponton formait un coude, à mi-chemin. À cet endroit on pouvait ressentir, au balancement de l'édifice, la distance qui séparait le sentier de bois du fond du lac. C'est là précisément que la rampe qui longeait le chemin à droite s'interrompait sur quelques mètres. Les intempéries ou le gel avaient détruit la rambarde. Poirot franchit ce passage en écartant les bras, à la manière d'un funambule. Puis ce fut au tour de Klinkel. Le danger n'était pas réel car la largeur de la plate-forme aurait permit à deux personnes de s'y croiser. Mais l'allemand hésitait à s'engager. Colette Dubois, qui le suivait, l'apostropha :

« - Mais allez-y, bon sang ! On ne va pas y passer la nuit !

-  Ich kann nicht schwimmen, verstehen sie (2) ! Cria Klinkel en se retournant. Ich habe angst (3) ! »

L'allemand, pris de vertige, avait instinctivement retrouvé sa langue maternelle. Mais la française, n'y comprenant goutte, le fixait de ses yeux ronds. Klinkel, après une longue inspiration, se retourna vers elle :

« - J'ai le vertige, - dit-il en essayant de poser sa voix. – Et je ne sais pas nager !

-  Ne vous inquiétez pas – répondit Mademoiselle Dubois – je marcherai juste derrière vous ; et je vous retiendrai si vous venez à faiblir.

Erwin Klinkel hocha la tête un signe d'acquiescement. Puis il fit quelques pas hésitants, suivi de près par la femme qui tenait ses bras en avant de chaque côté du corps de l'allemand. Soudain, elle trébucha. Dans sa chute, elle entraîna Klinkel qui s'étala de tout son long en poussant un cri d'effroi. Il s'en fallut d'un cheveu qu'il ne basculât dans l'onde glacée. Les jambes ballantes au-dessus du vide, il réussit un rétablissement en agrippant de ses doigts crispés une jointure entre deux planches. Et il termina sa progression dans le passage dangereux en rampant lamentablement. La française, blessée dans sa chute au coude et au genou, se releva sans lui prêter la moindre attention. Poirot, ayant déjà atteint la rive, n'avait rien perdu de la scène. Il plissait les yeux en lissant sa moustache ; signe chez lui d'une intense réflexion...

Les autres membres du groupe arrivèrent sans encombre au départ du petit sentier qui conduisait au pied de la ligne du téléphérique. Celle-ci, d'un usage privé, ne servait qu'à la desserte du chalet. Elle avait été construite en même temps que le bâtiment et constituait l'unique moyen de s'y rendre. La cabine attendait ses passagers à l'intérieur d'une petite construction, au bout d'un étroit couloir mal éclairé.

Hercule Poirot, arrivé le premier devant la porte, ne la franchit pas et y attendit les autres. À côté de l'entrée se dressait un panneau portant une inscription en lettres noires sur fond jaune qu'on pouvait encore voir aux dernières lueurs du jour mourant. Klinkel, toujours tremblant, pénétra d'abord dans l'étroit corridor ; puis, après quelques secondes, Neville Hammersmith, suivi à distance de Miss Arowns. Le docteur, en empoignant la rampe, poussa un juron et retira sa main. Le métal était enduit d'une couche de peinture jaune qui commençait juste de sécher. Il y avait justement une pancarte sur laquelle était inscrit : « VORSICHT ! FRISCH ANGESTRICHEN  (4) ». Hammersmith regarda avec dégoût sa paume tachée et informa sa suivante en lui demandant de faire passer la consigne, avant de pénétrer dans le bâtiment. Quand la jeune femme atteignit le bout du couloir, qui débouchait sur l'espèce de hangar où se trouvait la cabine, elle trébucha sur un câble métallique tendu en travers du passage. Elle tomba en avant en poussant un cri aigu et se raccrocha de justesse à l'extrémité d'une poutrelle fichée dans le mur.

« Faites attention ! – cria-t-elle à destination des trois passagers restés à l'extérieur. – Il y a, juste à la fin du couloir, un obstacle par terre ; un câble, à cinq inches du plancher environ. Il est absolument invisible dans l'obscurité. Marchez avec précaution ! »

Colette Dubois, Solomon Apfelbaum, le porteur et enfin Poirot qui fermait la marche, rejoignirent sans incident les autres à l'intérieur de la cabine. Celle ci, d'une taille disproportionnée à son usage, aurait pu accueillir une cinquantaine de personnes. Solomon Apfelbaum, après avoir fouillé ses poches, fit un signe au garçon qui avait piloté l'embarcation. Quand le jeune homme fut à sa hauteur, il lui tendit un billet d'une livre sterling. Le passeur, qui avait été déjà largement payé, fit un geste de refus. Mais Solomon insista et le garçon accepta l'offrande avant de regagner son bateau pour repartir vers l'autre rive où l'attendait le minibus qui avait conduit les passagers jusqu'au lac. Les bagages furent placés dans un coffre extérieur où était posée une paire de vieux skis.

Klinkel, toujours pas remis de ses émotions, le visage livide, jetait de tous côtés des regards furtifs. La crainte rétrospective d'avoir frôlé la mort ne suffisait pas à expliquer son attitude. Non ! Manifestement il était la proie d'une terreur intense. Et pas seulement vis-à-vis de Colette Dubois qui avait failli causer sa noyade. Mais aussi des quatre autres invités. Il se tenait, muet, à l'avant de la cabine, à l'écart du groupe qui s'était agglutiné sur le bord opposé. Comme un condamné face à un peloton d'exécution…


Hercule Poirot, posté devant la manette qui commandait le départ du téléphérique, interrogea ses compagnons du regard, semblant quêter leur approbation. Comme tous se taisaient il bascula le levier vers la position « rauf » en déclamant : « Alea jacta est ! » Et la cabine s'ébranla.

Le fil d'acier courait sur un mile environ, avec une très forte déclivité. Le chalet, plongé dans la nuit, était invisible. Une minute après que le véhicule eut quitté son abri, on ne distinguait plus que les étoiles et les faisceaux, dirigés vers le sol, de fortes lampes qui s'étaient allumées sur les pylônes, à intervalles réguliers, au déclenchement du moteur, et formaient une guirlande fantastique sur le fond laiteux des glaciers et celui, plus obscur, des forêts de sapins.

Les occupants de la cabine, impressionnés par ce spectacle grandiose et presque magique, ne disaient mot. Ils oubliaient le froid qui s'insinuait par les ouvertures dépourvues de vitres. Leurs yeux, s'habituant progressivement à l'obscurité, distinguaient maintenant les formes floues des autres passagers. Klinkel, toujours prostré à l'avant et, lui faisant face, Miss Arowns, Solomon Apfelbaum, Colette Dubois, Neville Hammersmith et, enfin, Hercule Poirot.

Lorsque la cabine atteignit le premier pylône, elle fut soudain envahie par une lueur intense qui provenait de la lampe très puissante fixée au faîte de l'édifice. Tous les passagers furent éblouis par cette avalanche de lumière. Sortant des ténèbres, ils ressentaient, en dix fois plus fort, la sensation qu'éprouve un dormeur dans une pièce sombre lorsqu'on ouvre brutalement le rideau. Tous portèrent instinctivement une main devant leurs yeux. En ouvrant les paupières après quelques secondes, alors qu'ils étaient de nouveau plongés dans le noir, ils ressemblaient aux aveugles de Bruegel, n'osant pas bouger et tenant leurs mains droit devant eux.

Quand ils purent de nouveau se voir, Colette Dubois rompit le silence :

« - Quelle puissance ! Cette lampe consomme au moins dix mille watts ! Je me demande quelle en est l'utilité. Une telle dépense d'énergie ! pour rien…

-  Moi je trouve cela amusant – répliqua Apfelbaum. Ça nous permettra d'arriver bronzés au chalet. Sans compter que ces lumières sont du plus bel effet dans le paysage.

-  Et ce n'est pas nous qui paierons la note ! – ajouta Hammersmith avec un sourire. »

Puis ils se turent. Ne trouvant rien à dire, ils regardaient les parois et le plafond de la cabine, comme les occupants d'un ascenseur que le hasard oblige à se trouver ensemble et qui attendent avec gène et impatience le moment d'arriver à l'étage. Sauf Klinkel ; qui fixait d'un œil méfiant ses cinq vis-à-vis…

Après avoir franchi les trois premiers pylônes, l'habitacle métallique approchait la mi-parcours où le fil d'acier reposait sur une tour plus imposante, munie d'une lampe encore plus puissante que les autres. Poirot, qui s'était retourné, accoudé à la rambarde malgré l'air glacé du dehors, semblait s'intéresser aux étoiles et à leur reflet dans le lac.

Le flux de lumière qui inonda la cabine au passage du grand pylône avait l'intensité d'un soleil d'été. Incongrue dans une nuit hivernale au cœur des montagnes d'Autriche. Et le contraste n'en fut que plus violent lorsque l'obscurité revint.

C'est alors que la cabine retentit de deux détonations assourdies immédiatement suivies du tintement de deux coups sur les parois ; comme deux coups de marteau ! Puis on entendit un râle de douleur. Et le bruit sourd de la chute d'un corps sur le plancher de fer.

Ce fut la panique parmi les passagers aveuglés. Les deux femmes poussaient des cris stridents auxquels se mêlaient la voix de Neville Hammersmith, rendue aiguë par l'émotion, et qui criait :

« Que se passe-t-il ! Nous allons tous mourir ! »

Seul Hercule Poirot gardait son calme. Lorsque les pupilles, réduites à la dimension d'une tête d'épingle par l'afflux massif de lumière, s'ouvrirent de nouveau, il occupait le centre de la cabine, portant successivement un regard calme sur les quatre occupants se tenant à l'arrière… Et sur Erwin Klinkel qui gisait sans vie de l'autre côté…


Poirot se dirigea vers le corps allongé, l'examina quelques instants, et se tournant en direction des quatre autres passagers, les informa :

« Cet homme est mort ! De deux coups portés par une arme à feu. L'un à la poitrine, l'autre à la tête. Le bruit des détonations était typique de celui d'un pistolet équipé d'un silencieux. Ce qui explique que nous n'ayons pu voir la flamme sortant du canon, surtout dans l'état d'éblouissement où nous étions tous. Quand au son, par un phénomène bien connu des acousticiens, les répercutions sur la tôle de l'habitacle ne nous permettaient pas de le localiser. Quoi qu'il en soit, un assassin est parmi nous ! Il s'agit de savoir qui ! »

Le détective fit trois pas pour atteindre le pupitre où se trouvait le levier de commande qu'il avait poussé pour enclencher le mécanisme. Au-dessus du levier, il y avait une poignée rouge suspendue à un fil d'acier surmontant l'inscription « NOTBREMSE. (5) » Poirot tira la poignée. La rumeur sourde du moteur cessa ; et la cabine s'immobilisa brusquement, balançant mollement comme un bateau dans la houle, à trois cent pieds au-dessus du sol…

« Voilà une situation dramatique. Mais qui n'est pas pour me déplaire. Aussi vrai que je m'appelle Hercule, je n'en ai jamais connue de pareille. Le plus grand détective du monde se trouve dans la pièce du crime, à quelques mètres de l'assassin, et il était présent sur les lieux lorsque le meurtre fut commis ! »

Solomon Apfelbaum, qui semblait être le seul à avoir gardé son calme, lança à Poirot :

« Faites donc repartir le téléphérique ! Nous sommes ici cinq personnes, coincées en compagnie d'un cadavre. Ne trouvez-vous pas préférable de rejoindre le chalet pour y appeler du secours par téléphone. Je pense que tout le monde est d'accord avec moi. »

Ce disant, il s'était tourné vers Miss Arowns, Colette Dubois, et Neville Hammersmith, qui restaient groupés à l'arrière de la cabine. Ceux-ci acquiescèrent du regard.

« Impossible ! – dit Poirot – le frein de secours ne fonctionne que dans un seul sens. Voyez la poignée au bout de son fil ; on ne peut la rembobiner. Seule une intervention extérieure pourra nous sortir de là. Nous devrons attendre demain matin, quand le car postal remarquera notre présence et avertira la police. Mais j'ai actionné l'alarme à dessein. Car je vous avais promis, souvenez-vous, de vous renseigner avant notre arrivée sur l'identité de notre hôte mystérieux ! Et j'ai maintenant pour cela bien plus de temps qu'il n'en faut !…»

Le belge sortit de sa poche une paire de gants de cuir fin et les enfila méticuleusement. Il tira ensuite de l'intérieur de son pardessus une petite lampe de poche qu'il alluma et fixa à un crochet fiché dans la paroi. La faible lueur de la lampe formait un mince faisceau qui aboutissait directement devant les pieds d'Ann Arowns ; au centre de la tache de lumière était posé un objet que tous purent identifier comme un petit pistolet de défense muni d'un silencieux.

« Avez-vous remarqué – dit Poirot à la jeune femme – que votre sac à main était ouvert ? »

En effet le petit sac de velours mauve qu'elle portait à son épaule laissait voir par son ouverture béante l'intérieur doublé de satin beige.

« - Merci ! – fit-elle en le refermant, – il a dû s'ouvrir tout seul.

-  Avec la boucle de sécurité antivol dont il est équipé ? J'en serais fort étonné. Ce sac ne peut s'ouvrir par accident ! Dites plutôt, Mademoiselle, que vous en avez défait la boucle dans le noir et sorti le pistolet ici présent ; dont nous avons tous nettement entendu le bruit de la chute ! Et dans le noir, et dans cet état d'émotion où nous étions tous, vous n'avez pas réussi à refermer votre sac !

-  Comment ? Vous osez insinuer que ?…

-  Je me contente d'interpréter les faits ! Une arme à vos pieds, votre sac ouvert… Tout semble vous accuser !

-  Si cet objet m'appartenait, pourquoi donc l'aurais-je lâché à mes pieds plutôt que de le lancer loin de moi ?

-  Justement pour pouvoir utiliser cet argument ! C'est assez subtil, mais pas assez pour tromper Hercule Poirot ! Plutôt que de jeter le pistolet à l'extérieur, vous avez choisi de le lâcher devant vous pour que je croie que l'assassin l'avait lancé dans votre direction.

-  Mais vous rappelez-vous combien nous étions aveuglés dans cette obscurité après avoir passé sous la lampe ? Il m'était, ainsi qu'à nous tous, impossible de distinguer quoi que ce soit. Des conditions peu idéales pour un exercice de tir !

-  Bravo ! Vous marquez un point. Vous étiez la plus éloignée de la victime, et, comme vous dites, nous étions dans le noir absolu ! J'avoue que c'est là un point que j'ai du mal à éclaircir, sans jeu de mots. Mais le crime a bien eu lieu ! Je suppose que le meurtrier a dû mémoriser la position de Monsieur Klinkel. Puis tirer dans sa direction, de mémoire. Vous avez tous remarqué que la victime n'a pas quitté sa place pendant toute l'ascension. Notre tireur a pourtant pris un grand risque, car rien ne l'assurait que ce pauvre homme ne se déplacerait pas dans l'obscurité. Un meurtre à l'aveuglette ! Cette idée ne me paraît pas tout à fait vraisemblable. Ça cache quelque chose. Mais quoi ? Pour l'instant le seul qui pourrait répondre est l'assassin lui-même ! »

Poirot s'interrompit quelques instants et poursuivit :

« - Je dis « le seul », mais il se peut que ce soit « la seule ». Toutes les hypothèses sont envisageables ! Revenons à vous Miss Arowns.

-  Cessez d'importuner cette jeune fille ! - S'exclama Apfelbaum – Vous voyez bien qu'elle ne peut pas être coupable ! Si elle avait voulu tuer Erwin Klinkel, elle se serait placée juste en face de lui ! Et pas dans le coin opposé !

-  Je ne fais qu'examiner les hypothèses, l'une après l'autre et sans à-priori. Votre tour viendra Monsieur Solomon ! Et vous, Mademoiselle, écoutez-moi bien : Je ne vous accuse pas du meurtre de ce pauvre Klinkel ; nous n'en sommes pas encore là ! Je prétends juste, avec certitude, que ce pistolet vous appartient, qu'il était dans votre sac, que vous l'en avez sorti ; et jeté à vos pieds après que la victime eut été atteinte de deux balles !

-  Je ne vois pas la différence – répondit Ann Arowns.

-  Vous verrez bientôt ! Pour le moment les circonstances vous accablent. Et votre système de défense est enfantin. Pourquoi ne pas me dire la vérité ?

-  Mais je vous l'ai dite : J'ignore tout de cet objet ; et mon sac s'est ouvert tout seul !

-  Vous continuez à me prendre pour un imbécile ! Ignoriez-vous que parmi vos objets personnels se trouvait ce joujou. Du beau matériel, et je m'y connais : Un Smith & Wesson petit calibre, modèle 1955, portée de 1 mile, chargeur à six balles… À propos, laissez-moi me livrer à une petite expérience !

Le détective s'avança vers le pistolet dans l'intention de le ramasser. Mais la jeune femme se baissa prestement et se saisit de l'arme. Poirot, flairant le danger, s'immobilisa. Ann lui cria, d'une voix exaspérée :

« Qui nous dit que vous en ferez bon usage ? Après tout vous avez peut-être l'intention de faire votre propre justice. Et, au vu de la façon dont vous me traitez, je suis en droit de craindre une exécution sommaire, entre ciel et terre, loin des tribunaux, pour un meurtre que je n'ai pas commis ! Et n'oubliez pas que l'un d'entre nous, je devrais dire d'entre vous puisque ce n'est pas moi, a déjà tué. Et qu'il pourrait recommencer s'il arrive à se saisir de cette arme ! »

Puis elle courut vers la fenêtre. Comme elle s'apprêtait à jeter l'objet dans le vide, Hercule Poirot, vif comme l'éclair, fondit sur la jeune fille et interrompit le geste au dernier moment en saisissant de ses fortes mains le bras gracile, lui faisant lâcher prise.

Il s'empara du pistolet, dégagea le chargeur, et, le tenant dans sa main droite éjecta les balles une à une d'un mouvement du pouce ; en comptant au fur et à mesure qu'elles tombaient sur le plancher : « Une, deux, trois, quatre ! »

Il exhiba le chargeur vide, le mit dans sa poche avec le pistolet, ramassa les quatre balles, et s'adressa, d'un ton professoral à l'assistance :

« - Et maintenant, un peu d'arithmétique élémentaire : six moins deux égale… Ne répondez pas tous en même temps.. Quatre !!! Dites-moi, Miss, pourquoi ne reste t-il que quatre balles dans le chargeur de ce pistolet ? Car c'est bien le vôtre ? Non ?

-  Oui, c'est le mien. Mais je n'ai tué personne ! Ce n'est qu'une arme de défense… Au cas où. Je la porte toujours avec moi. Vous savez, par les temps qui courent… On ne sait jamais à qui on a affaire… Je n'ai mis que quatre balles pour ne pas alourdir mon sac. C'est amplement suffisant pour faire face à un agresseur.

-  Miss Arowns ! – fit Poirot avec le ton qu'on prend pour tancer un enfant - Vous venez de commettre tout à l'heure votre seconde bêtise en moins de dix minutes. Ou plutôt failli la commettre car, heureusement pour vous, je ne vous l'ai pas permis. La première en tentant de vous débarrasser de votre pistolet. Un réflexe excusable dans la panique qui a suivi les coups de feu. Car vous craigniez une fouille qui aurait prouvé la présence dans votre sac à main de ce pistolet. Dont le chargeur contenait quatre balles. Vous comptez aussi bien que moi et, après avoir entendu deux détonations, vous vous êtes rendu compte que vous déteniez un objet qui serait immédiatement identifié comme l'arme du crime. Mais vous n'aviez rien à craindre d'une fouille. Hercule Poirot ne s'abaisse pas à ces méthodes de vulgaires policiers. Il se contente de faire marcher ses petites cellules grises. La seconde erreur, par contre, est impardonnable. Vous aviez à vos pieds la preuve de votre innocence. Et vous n'avez rien trouvé de mieux que de la prendre dans votre main, dans le but d'y expliquer la présence de vos empreintes digitales qui y étaient déjà imprimées, et qu'une enquête ultérieure aurait pu déceler, et de la jeter par dessus-bord. Est-ce que je me trompe ?

-  Non ! Monsieur Poirot. Je pensais que vous ne me croiriez jamais. Je savais que les apparences étaient contre moi.

-  Et vous m'avez sous-estimé. Jamais hercule Poirot n'a fait condamner un innocent !

-  Et pourquoi le pistolet constituait-il la preuve de mon innocence ? Je pensais le contraire.

-  Ah ! Il faut d'abord que je vous prouve que cette arme qui est maintenant dans ma poche n'est pas l'arme du crime. Quant à la présence de seulement quatre balles dans le chargeur, votre explication me semble pour le moins vaseuse. Il y a une raison essentielle dans le fait que le pistolet qui était dans votre sac n'était pas totalement approvisionné ; j'en suis certain ; et j'ai la nette impression que je suis sur le point d'en découvrir l'explication. Une intuition qui titille mes petites cellules grises et qui n'attend qu'un signal pour remonter à la surface ! Laissons ! En attendant, Monsieur Apfelbaum, voulez-vous s'il vous plaît vous retourner, passer votre bras dans la cavité qui court le long de la paroi pour en examiner l'intérieur. Je serais surpris que vous n'y trouviez pas un objet du plus grand intérêt !

À trois pieds du sol, juste sous la fenêtre arrière, une longue ouverture était ménagée dans le mur de métal qui permettait de remiser dans son épaisseur des outils et objets divers. Solomon, avant d'y plonger la main, demanda à Miss Arowns de lui prêter un mouchoir. Il en entoura ses doigts comme pour faire un gant et entreprit de fouiller le fond du coffre.

« - Il y a quelque chose ! Je sens un objet métallique. – dit le jeune homme. –

-  Eh bien montrez-nous ça ! – Ordonna le détective. »

C'est avec une apparente surprise que seul Poirot ne paraissait pas ressentir qu'ils virent Solomon remonter dans sa main un pistolet, identique à celui de la jeune femme, et dont le canon était aussi prolongé d'un silencieux.

« - Voici l'arme du crime ! – triompha Hercule Poirot. – Et maintenant, Monsieur Apfelbaum, veuillez en extraire le magasin et compter le nombre de projectiles qu'il contient. »

L'homme s'exécuta, en prenant toujours soin de manipuler le pistolet et le chargeur dans le mouchoir pour ne pas y laisser d'empreintes. La petite boîte était pourvue d'évents qui permettaient de contrôler son contenu. Il compta :

« Une, deux, trois, quatre ! Il y a quatre balles ! Puis il remit le chargeur dans la crosse. »

Tous furent ébahis par cet effet théâtral. Portant un regard admiratif sur le belge, qui ne cachait pas sa satisfaction, ils quêtaient du regard des explications supplémentaires, suspendus à ses lèvres. Après un silence de quelques secondes pour ménager son effet, il reprit :

« Il y a eu, souvenez-vous, deux chocs après les détonations. L'un causé par la chute du pistolet de Miss Arowns. Mais il restait à expliquer le deuxième ! Voilà qui est fait ! Si vous désirez savoir comment j'ai deviné où se trouvait ce pistolet, un peu de patience, je vous le dirai bientôt ! Je vais maintenant vous apprendre un moyen de distinguer, après un meurtre par balles, l'arme du crime d'une arme « innocente ». Monsieur Apfelbaum, voulez-vous, s'il vous plaît, poursuivre votre collaboration qui s'est révélée, jusqu'ici, grandement efficace. »

Poirot sortit de sa poche le pistolet d'Ann Arowns et s'approcha du jeune homme en pointant l'arme vers sa tête. Celui-ci eut un mouvement de recul.

« - Ne craignez rien ! Je ne vais pas vous tuer ! D'ailleurs, les balles sont restées dans ma poche. Laissez-moi seulement toucher votre joue avec le canon. Comme ça. Vous ne ressentez rien ?

-  Ben, non – répondit Solomon.

-  Et maintenant je mets l'extrémité du canon sous votre nez. Voilà. Respirez bien fort. – le jeune homme fit une profonde inspiration -

-  Et alors ! Où voulez-vous en venir ?

-  Vous allez comprendre. Faites maintenant la même chose avec le pistolet que vous tenez dans votre main. »

Apfelbaum mit le canon de l'arme sur sa joue puis le porta à son nez.

« - Vous avez raison ! Celui que je tiens est chaud, alors que l'autre était glacé. Et il dégage une nette odeur de poudre.

-  Vous voyez ! L'arme que j'ai sortie de ma poche n'a pas été utilisée depuis longtemps. Ce qui innocente Mademoiselle Arowns. Et les balles qui ont tué Klinkel ont été tirées par le pistolet que vous avez sorti de la remise. Malheureusement, nous ne sommes pas beaucoup plus avancés ; nous étions tous à l'arrière de la cabine et n'importe lequel d'entre nous aurait pu, après avoir abattu Monsieur Klinkel, jeter l'objet dans l'ouverture à laquelle nous avions tous accès. Inutile de s'attarder sur les indices matériels. Intéressons-nous plutôt à la psychologie de l'assassin. À ce propos, une idée me taraude l'esprit : pourquoi a-t-il commis son forfait ici, dans le téléphérique, au milieu de quatre témoins, alors qu'il aurait pu attendre que nous soyons arrivés au chalet ? Ce meurtre est, à l'évidence, prémédité. Mais l'assassin, qui, j'en suis persuadé, est doté d'une grande intelligence, semble avoir fait preuve d'inconscience en le commettant dans cette cabine. D'autant plus qu'il savait qu'à quelques pas de lui se trouvait le meilleur détective du monde… »

Neville Hammersmith intervint  :

« - La modestie ne me paraît pas être la première de vos qualités ! Un trait de caractère bien français ! Et si cet habitacle, contrairement à ce que vous dites, constituait le lieu idéal pour un crime parfait ? Après tout, si l'assassin ne peut se fabriquer un alibi, en revanche tout le monde est suspect.

-  D'abord, je ne suis pas français, mais belge ! Madame Dubois appréciera ! Ensuite, une personne vient d'être éliminée de la liste des coupables potentiels : Miss Arowns. Si je continue au même rythme, l'assassin ne dispose plus que de quelques minutes d'anonymat ! »

Poirot lissa sa moustache et se mit à faire les cent pas en réfléchissant, les yeux fixés sur le plancher.

« - Voyons, le coupable avait projeté de tuer Klinkel. Mais il comptait évidemment le faire dans le chalet ; dans une pièce de la maison, à l'abri des regards. Et à un moment du jour, ou de la nuit, qu'il aurait choisi. Pourquoi a-t-il pris ce risque insensé ? Une idée me vient à l'esprit ! Il me faut juste vérifier une chose ! Madame Dubois, permettez-moi de vous mettre à contribution.

-  Je serais heureuse de vous offrir ma collaboration ; si cela peut aider à la découverte de la vérité.

-  Merci ! Veuillez vous rendre auprès du corps de la victime. Et fouiller la poche droite de son manteau. »

Obéissant au détective, Colette Dubois s'approcha du cadavre. Le corps reposait sur le côté gauche, le regard vide braqué vers l'arrière de la cabine, comme un reproche muet adressé au meurtrier. La main droite était comme plaquée sur la poche et la française dû la déplacer pour accéder à l'ouverture. Comme elle portait toujours ses moufles épaisses, elle s'en débarrassa en commençant par la main droite. Il lui fallut alors saisir la bande de velcro qui enserrait son poignet avec l'autre main gantée, ce qui n'était pas simple. Elle dut s'y reprendre à trois fois. Quant elle put agripper le bout de tissu qui dépassait, elle tira d'un coup. L'attache se défit avec un craquement sonore.

Lorsque ses deux mains furent libérées, elle se tourna vers Hercule Poirot :

« - Voulez-vous me prêter un de vos gants ? C'est pour ne pas laisser d'empreintes.

-  Aucune importance ! Si les empreintes digitales ont joué un grand rôle jusqu'à présent (Miss Arowns s'est emparée de son arme en vue d'y imprimer les siennes et Solomon a couvert sa main d'un mouchoir, au contraire, pour ne pas en laisser – vous mesurerez par la suite l'importance de ce fait), ce genre de précaution est devenu superflu ; pour la bonne et simple raison que la police ne procédera jamais à l'examen des empreintes. Et pouvez-vous m'en donner la raison Mister Hammersmith ? »

L'intéressé, se rendant compte que cette prise à partie avait pour objet de lui faire payer les propos ironiques tenus quelques instants plus tôt, ne put que bredouiller :

« - Euh… Je ne sais pas…

-  Mais voyons ! Je viens de vous le dire ! Je ne vous demande même pas de faire tourner vos cellules grises ! Si les policiers n'examineront jamais les armes, c'est parce que, lorsqu'ils seront en mesure de le faire, le coupable aura été démasqué depuis longtemps ! Et par qui ? Ce serait vous faire injure que de vous le demander !

-  Par vous, Monsieur Poirot – fit l'interpelé d'un ton conciliant.

-  Exact ! Alors poursuivons ; Madame Dubois, sortez je vous prie le revolver de la poche du manteau de Monsieur Klinkel ! »

La française plongea sa main dans le manteau et exhuma, à la stupéfaction des passagers, une arme de poing à canon court dont le barillet à six trous était entièrement garni de balles cuivrées. Le belge, toujours calme, continua :

« - Et voilà ! Encore une arme ! Celle-là, ainsi que le premier pistolet, n'a pas servi. Mais sa présence dans la poche d'Erwin Klinkel explique que le meurtrier soit passé à l'acte ici, en profitant d'une obscurité passagère, plutôt que d'attendre notre arrivée au sommet. Et éclaire d'un jour nouveau la personnalité de notre invité allemand !

-  Cet homme ne m'inspirait pas confiance, – déclara Colette Dubois – après avoir posé le revolver sur le plancher.

-  Je m'en étais aperçu ! Et je me demande si la chute de Klinkel sur le ponton, alors que vous l'aidiez, Madame, à franchir un passage difficile, était absolument fortuite ! C'est à partir de ce moment qu'il a manifesté des signes d'inquiétude. Rappelez-vous son air de bête traquée ! Il se sentait menacé, c'est évident ; mais il ignorait de qui il lui fallait se méfier ! Et nous savons maintenant qu'il était armé. Alors, voilà comment je vois les choses : Monsieur Klinkel croit, à tord ou à raison, que Madame Dubois vient d'essayer d'attenter à sa vie en le poussant sur le ponton, manquant de peu de provoquer sa noyade. Dès lors, il craint tout le monde, s'éloigne de nous en se postant tout seul dans un coin de la cabine, sur la défensive. Malheureusement pour lui, il n'est pas le premier à tirer ! »

Solomon Apfelbaum s'adressa au détective :

« - Et pourquoi, selon vous, cela explique-t-il que le meurtrier ait opéré ici plutôt que dans le chalet ?

-  Mais c'est évident ! En observant Klinkel, et sachant ou se doutant que celui-ci était armé, il a décidé de prendre les devants. Car l'assassin, lui aussi, se sentait menacé ! On peut comparer cette situation à un duel. Celui qui fait feu le premier est vainqueur !

-  Ce qui innocente du même coup notre coupable ; car il a agit en état de légitime défense !

-  Oh la la ! Vous allez un peu vite en besogne, Monsieur Solomon ! Nous sommes toujours en présence d'un crime. Passible selon les lois autrichiennes ou anglaises de la peine de mort, ou d'une longue peine de prison ! Mais, au fait, pourquoi tentez-vous de justifier cet acte ? Si ce n'est que c'est vous qui l'avez commis ?

-  Vous n'avez pas le droit de m'accuser ! Sans la moindre preuve !

-  Mais je ne vous accuse pas ! Je ne fais qu'émettre une hypothèse, qui pourra se révéler fausse par la suite. Mais c'est une façon de raisonner ; et qui donne souvent d'excellents résultats ! Supposons donc que ce soit vous, Monsieur Apfelbaum, qui ayez assassiné, de deux balles de pistolet, ce malheureux Erwin Klinkel…

-  Comment ça ! – interrompit le jeune homme – Ce malheureux…! Mais vous ignorez qui il est !

-  Je le sais très bien ; et je connais les raisons qui auraient pu vous pousser à commettre le crime.

Solomon Apfelbaum , des éclairs dans les yeux, pointa l'arme qu'il tenait en main sur Hercule Poirot.

« - Ne bougez pas ! Plus un geste ! Vous me soupçonnez d'être un meurtrier ? Mais nous ne sommes pas ici dans un tribunal ! En tant qu'accusé, je dispose de mieux qu'un avocat pour assurer ma défense : Cette arme où il reste encore quatre balles. Laissez-moi vous faire deux promesses : la première, c'est que si vous faites un pas, je n'hésiterai pas à vous descendre ! La seconde c'est que je n'ai rien à voir avec la mort de ce Monsieur !

-  Mais je le sais, Monsieur Apfelbaum ! Vous n'êtes pas l'assassin ! Si c'était vous qui aviez tiré sur Erwin Klinkel, vous n'auriez pas pris la précaution d'éviter de laisser vos empreintes sur l'arme que vous avez sortie de la remise, alors que je ne vous l'avais pas demandé. Vous auriez, comme Miss Ann, saisi le pistolet avec votre main nue. C'est quelqu'un d'autre que vous qui a commis ce forfait. »

Le jeune homme tendit calmement au détective l'objet qu'il tenait, toujours enveloppé dans le carré de tissu.

« Tenez, Monsieur Poirot. Puisque vous admettez mon innocence, je n'ai plus besoin de ceci.

-  Gardez-le ! Avec vous, il est en bonnes mains.

-  Mais dites-nous, ainsi que vous nous l'avez promis, comment vous avez découvert l'endroit où se trouvait le pistolet. Et pourquoi l'assassin s'est-il débarrassé de son arme en la déposant dans cette cachette, alors qu'il aurait pu tout simplement la jeter par une fenêtre.

-  Enfantin ! J'ai toujours gardé présent à l'esprit le fait que deux bruits de chute ont suivi les détonations. Dès que je me suis rendu compte que le pistolet qui se trouvait devant Miss Arowns n'avait pas servi, j'en ai immédiatement déduit que le second choc avait été produit par le contact d'un autre objet sur le métal de la cabine. Qui ne pouvait être que l'arme du crime. Comme je ne la voyais pas sur le plancher, un rapide coup d'œil sur les parois m'a appris que la seule cachette possible était cette remise. Quant à la raison pour laquelle on l'a déposée ici plutôt que de la jeter par-dessus bord, elle est évidente : le meurtrier, ayant laissé ses empreintes sur la crosse, voulait que l'arme demeurât dans la cabine pour les effacer à la faveur d'une ruse ; ou mieux, les redéposer au vu et au su de toute l'assistance en tenant l'objet à mains nues. Ce qu'il ne pouvait faire si l'arme reposait sur le sol, une centaine de yards plus bas, où la police ne manquerait pas de découvrir cette pièce à conviction qui le confondrait sans le moindre doute. Quand je vous ai demandé, Solomon, de fouiller la remise, je voulais vous tester. En prenant soin de ne pas laisser d'empreintes, vous avez prouvé votre innocence. Je dois chercher ailleurs…

Poirot se dirigea vers Colette Dubois. Celle-ci semblait nerveuse et ses yeux fuyaient ceux du belge.

« Je dois vous dire, Madame, que votre attitude de tout à l'heure, quand vous « aidiez » Monsieur Klinkel à traverser le passage dépourvu de rampe de la passerelle, m'a semblé suspecte. C'était comme si vous aviez cherché à provoquer son déséquilibre. Depuis, je n'ai cessé de vous observer. Vous le regardiez d'une manière qui indiquait sans équivoque le peu de sympathie que vous ressentez à son égard. Mais je cherche l'auteur d'un crime, pas celui d'une tentative. Veuillez prendre dans votre main le pistolet que je sors de ma poche. »

Il tendit à la femme l'objet, en le tenant par le canon. Les mains, qu'elle avait de nouveau recouvertes de ses grosses moufles, s'en saisirent maladroitement.

« Et maintenant, faites le geste de me tirer dessus ! »

Les doigts, enserrés dans l'épaisseur de fourrure, arrivaient à peine à agripper la crosse. Quand elle voulut brandir l'arme en direction du détective, celle-ci tomba au sol en produisant un bruit mat. Poirot conclut :

« Vous pouvez constater, Mesdames et Messieurs, qu'il est absolument impensable de pouvoir se servir d'un tel objet en portant ces moufles. Madame n'est pas notre coupable ! »

Neville Hammersmith intervint :

« - Madame Dubois aura pu retirer ses gants, puis les remettre après avoir abattu la victime.

-  Impossible ! Vous avez pu constater tout à l'heure que ce n'est pas tâche facile. Et qu'en plus, décrocheter la bande de velcro provoque un bruit sonore qui n'aurait pu nous échapper. Or, nous n'avons rien entendu de pareil avant les coups de feu ! Désolé, Mister Hammersmith, je dois maintenant me tourner vers vous. Quelque chose me dit que ce n'est pas la première fois que vous contemplez ce magnifique paysage. N'êtes-vous jamais venu ici auparavant ? En vue d'un repérage technique sur les lieux de notre futur séjour ; pour y vérifier le matériel, par exemple ? Ou si les conditions de confort étaient conformes à votre attente ? »

Le docteur blêmit. Visiblement le coup avait porté ! Après un long silence gêné, il bredouilla :

« - Je ne connais pas cet endroit. Je suis arrivé à Innsbruck avant hier par le train, et me suis rendu directement au point de rendez-vous indiqué dans mon invitation. Je n'aurais pas eu le temps matériel de venir ici avant vous.

-  Je pense pourtant que votre arrivée en Autriche est bien antérieure. Et que vous êtes déjà monté dans ce téléphérique !

-  Qu'est-ce qui peut vous faire penser une chose pareille ?

-  Rappelez-vous notre chemin dans le corridor qui menait à la cabine. Au bout du couloir, dans l'obscurité, il y avait un câble qui traversait le passage. Miss Ann, qui vous suivait, a failli tomber en trébuchant dessus. Elle nous a ensuite fait part de la présence de l'obstacle et nous avons pu alors éviter la chute. Mais si nous n'avions pas été avertis, il nous était impossible de ne pas faire un faux pas. Et ce faux pas, vous ne l'avez pas fait. Parce que vous connaissiez déjà l'existence de ce câble ! Vous l'avez évité instinctivement. Et vous étiez tellement accoutumé à sa présence que vous avez oublié de nous en avertir !

-  Mais… Monsieur Klinkel a fait la même chose !

-  Exact ! Il a lu le panneau à l'entrée qui prévient les gens du danger, en en donnant la localisation exacte.

-  Et alors ! Il n'a pas non plus averti ceux qui le suivaient. Je ne vois rien la-dedans de bizarre !

-  Dans l'état de terreur où il semblait se trouver, il paraît en effet normal que Klinkel ait eu d'autres préoccupations. Mais vous ?

-  J'ai lu le panneau et j'ai pensé que les autres le liraient aussi…

-  À condition de le comprendre ! Par contre la pancarte qui signalait la peinture fraîche sur la rampe, juste après l'entrée, vous ne l'avez pas lue.

-  Non, je regardais ailleurs. Mais j'ai prévenu les autres, n'est-ce pas ? Enfin, vous n'allez pas m'accuser d'avoir voulu faire tomber Miss Arowns en lui cachant le danger !

-  L'affaire qui nous occupe est d'une autre gravité ! Bon, vous avez lu l'inscription qui mettait en garde les piétons sur la présence de ce câble au travers du couloir à un mètre de l'arrivée dans le hangar. Sans vous demander s'ils parlaient allemand, comme vous, vous avez supposé qu'ils liraient l'avertissement ; et c'est pourquoi vous ne nous avez rien dit.

-  C'est cela même !

-  Maintenant dites-moi, Mister Hammersmith, sprechen sie deutsch ?

-  Euh … Ja ja mein herr ! Ich… gute sprechen… Ach so, warum, donnerwetter. Und… und…

-  Votre niveau d'allemand est celui d'un élève de collège au soir de son premier cours ! Disposant de telles connaissances, vous ne pouviez faire la différence entre l'inscription de l'entrée et une recette de cuisine. Ce qui confirme que vous n'ayez pas davantage compris l'avertissement : « Peinture fraîche ». Toute cette démonstration pour vous prouver d'une part, que la connaissance des langues étrangères peut s'avérer utile même dans les cas les plus inattendus, d'autre part, que votre acte était prémédité. Vous aviez repéré les lieux pour déterminer l'endroit idéal où vous comptiez commettre le meurtre, sans doute dans une des pièces du chalet. Mais constatant que Klinkel, après l'incident du ponton, s'était mis sur ses gardes, vous avez flairé le danger et décidé de l'abattre avant la fin de l'ascension. Mais dites-moi, docteur, comment avez-vous pu le faire dans les ténèbres qui ont suivi notre passage sous la lampe ? Vous avez pris un grand risque ! Ou vous utilisiez une méthode que je n'arrive pas à définir. Expliquez-moi ! »

Neville Hammersmith, le profil bas, ne répondit qu'après quelques secondes :

« - Monsieur Poirot, laissez-moi réfléchir quelques instant. C'est bien le moins qu'on puisse octroyer à un accusé !

- Accordé ! »

Le docteur s'abîma alors dans une profonde réflexion. Il resta deux minutes sans rien dire ; puis son visage s'éclaira. Un large sourire illuminait son visage.

« - Vous êtes dans l'erreur, Monsieur Poirot ! J'ignore quelle est la faille dans votre raisonnement, mais il ne tient pas debout. Je suis bien placé pour savoir que je ne suis pas l'assassin. Mais je viens de trouver le moyen de le prouver !

-  Et bien faites – dit le belge. »

Pour toute réponse Hammersmith tendit ses mains devant lui. La gauche était affreusement mutilée, et n'avait que trois doigts, repliés bizarrement dans une immobilité crispée. Et la droite, dont le docteur montrait la paume, était couverte de peinture jaune !

« Pouvez-vous me dire, cher Monsieur, comment j'aurais pu utiliser un pistolet sans y laisser de traces ? »

Le détective fit signe à Solomon Apfelbaum de lui tendre l'arme qu'il tenait encore dans sa main, toujours enveloppée d'un mouchoir. Il l'examina soigneusement. Elle ne portait pas la moindre trace de peinture. Il toucha ensuite la main du docteur, toujours poisseuse, et déclara :

« Je dois admettre que le docteur a raison ! La peinture qui tache sa paume n'est pas encore sèche. Il n'a pas touché à l'arme du crime ! J'ai péché par négligence… Et je commence à comprendre comment. »

Il se tourna alors brusquement vers Colette Dubois en marmonnant :

« Les moufles ! Quel imbécile ! Je me suis fait avoir comme un enfant ! J'aurais dû y penser avant ! »

Puis, s'adressant à la française :

« Madame, il me reste une dernière expérience à tenter. Tendez le bras devant vous, je vous en prie. Voilà, comme ça ! »

Et, sans attendre, il saisit l'extrémité du gant et tira d'un coup sec. La moufle glissa sans difficulté.

« Et voilà ! Ce n'est pas parce qu'un gant est pourvu d'une attache au niveau du poignet qu'il faille la serrer au maximum. Je dois reconnaître, Madame Dubois, que vous avez fait preuve d'un certain génie. Avec ces moufles, vous disposiez d'un alibi en or. Aviez-vous prémédité de tuer Klinkel dans la cabine, ou bien en avez-vous saisi l'opportunité quand elle s'est présentée ? C'est là un point de détail. Et qui ne change rien au résultat. Quand la cabine a quitté la zone de lumière, vous avez prestement dégagé votre main droite en tirant sur le gant avec l'autre main ou avec les dents, pris le pistolet dans la poche de votre manteau, tiré deux coups en direction de Klinkel, jeté l'arme à travers l'ouverture de la paroi, et enfilé de nouveau votre gant. Bravo ! Et c'est moi, pauvre imbécile, en vous demandant de fouiller la poche de Klinkel, qui vous ai permis de nous faire entendre le bruit du velcro qui vous disculpait. Mais la vérité finit toujours par triompher ! Il suffit de faire fonctionner ses petites cellules grises ! »

Colette Dubois restait interdite. Puis elle se mit à sangloter. Les mains sur le visage, le corps agité de soubresauts, elle murmurait dans ses larmes :

« - Je n'ai rien fait ! Je suis innocente !

-  Allons ! Lui dit Poirot – remettez-vous, Madame. – Avouez ! Vous irez beaucoup mieux après.

-  Mais ce n'est pas moi ! dit-elle en se ressaisissant. Je n'ai jamais tué personne ! »

Elle se redressa brusquement, frotta de ses deux index les ailes de son nez pour écraser les larmes qui s'y étaient accumulées, et lança au détective :

« - Vous prétendez que j'ai sorti le pistolet de la poche de mon manteau. Et bien, constatez-le par vous-même, mon manteau de vison n'a pas de poches ! Pas plus que le pull-over que je porte en dessous !

-  Ça n'a pas d'importance, c'est un détail ! Il était dans votre sac à main.

-  Justement non ! Regardez mon sac. Il est très simple, sans poche intérieure, sans double fond. Et, rappelez-vous, j'en ai déversé le contenu, quand nous étions dans le bateau, sur la banquette que je partageais avec le docteur Hammersmith. Et devant témoins, dont vous faisiez partie ! Avez-vous vu un pistolet ? »

Poirot s'immobilisa, interloqué.

« Non ! Effectivement ! À l'évidence, vous êtes innocente, Madame Dubois ! Ainsi je me serais trompé ? Moi ! Hercule Poirot ! »

Le détective, dépité, se remit à faire les cent pas dans la cabine ; comme un fauve en cage. Ce faisant il grommelait tout haut, sans dissimuler ses réflexions aux autres passagers :

« Voyons ! Il faut tout reprendre à zéro ! J'ai la conviction que nous avons à faire à un assassin très intelligent. Et qui ne dit pas tout ce qu'il sait ! Je voulais commencer par démasquer le coupable, et vous dévoiler ensuite le mobile du crime, car ce point ne fait aucun mystère pour moi ! Mais les circonstances ont bouleversé l'ordre des actes de la pièce. Bon ! Le temps est venu de vous expliquer ma présence ici !

Voilà ! Vous n'êtes pas sans savoir que je compte de nombreux amis à Scotland Yard. J'ai accès à tous les dossiers de la police. Mon ami, l'inspecteur Japp, m'a informé qu'une invitation dans un chalet autrichien avait été faite à Monsieur Klinkel, dont nous surveillions le courrier et la ligne téléphonique, vous saurez bientôt pourquoi. Après enquête, il est apparu que quatre autres personnes étaient aussi invitées. L'identité des convives nous conduisait à penser qu'il se passerait quelque chose.

Ayant très vite découvert que l'hôte avait autant de réalité que la Belle au bois dormant ou Pinocchio, j'ai décidé de m'inviter, moi aussi, dans ce séjour alpin. Après tout j'en avais le droit ! Je n'ai fait que tromper un mystificateur !

Avant de partir j'ai constitué, à l'aide des dossiers de Scotland Yard, un curriculum vitae de tous les participants à l'excursion ; et notamment de Monsieur Erwin Klinkel. »

Solomon Apfelbaum apostropha le détective :

« - Ainsi, vous saviez que Klinkel se nommait en vérité…

-  Josef Kranz ! – interrompit Poirot - Oberleutnant dans les brigades spéciales de la sixième armée du Reich. Engagé volontaire en 1939 dans la SS. Chargé des basses œuvres dans la région de haute Silésie où se trouvait une petite ville du nom de Zameczek. C'est lui qui supervisa les ratissages dans les quartiers juifs ; et exécuta de ses mains des hommes, des femmes et des enfants. Mais parlons plutôt de vous, Solomon. Vous ne faites pas mystère de votre appartenance au peuple élu. Vous êtes né, juste avant la guerre, dans le ghetto d'un petit village de Pologne méridionale. Quand la Wehrmacht occupa votre région, tous les juifs furent arrêtés, exécutés sommairement ou envoyés dans les camps. Bien peu réchappèrent au massacre. Vous devez votre survie à une famille qui vous hébergea quelques temps avant de vous confier à une filière d'évasion qui vous conduisit, après maintes vicissitudes, jusqu'en Suisse. À la fin de la guerre, vous avez été envoyé à Londres chez une lointaine cousine qui vous a éduqué. Mais de toute votre famille il ne restait pas un seul survivant. C'est pourquoi, depuis que vous avez atteint l'âge de raison, vous êtes animé d'un inextinguible désir de vengeance envers l'instigateur de ces massacres, qui fut appelé par la suite « le boucher de Zameczek », et qui n'est autre, vous l'aurez tous deviné, que Josef Kranz, alias Erwin Klinkel !

-  Vous êtes bien renseigné, fit Solomon. Et maintenant que nous connaissons tous l'identité de la « victime », je vous suggère d'apporter à votre vocabulaire certaines modifications. Par exemple remplacer « l'assassin » par « le justicier » !

-  Ou par votre nom, Monsieur Apfelbaum. Je vous comprends parfaitement ! Mais cet acte, si excusable qu'il soit, reste un crime au regard de la justice. Klinkel, je devrais dire Kranz, avait droit à un procès équitable avec un avocat et des jurés. On vous accordera certainement des circonstances atténuantes et vous ne ferez qu'un peu de prison. Mais la loi est la loi. Alors dites-moi enfin comment vous avez procédé.

-  Vous croyez que j'ai tué cette crapule ? Désolé ! Je n'ai pas cet honneur !

-  Je ne faisais que lancer un ballon d'essai ! Mais je n'en attendais pas grand chose… Si le coupable voulait se dénoncer, il l'aurait sans doute fait depuis longtemps. Continuons d'évoquer le passé de Josef Kranz. Après l'agression de la Russie par les troupes d'Hitler, on utilise ses talents pour l'interrogatoire des prisonniers. Voilà le genre « d' affaires » qu'il évoquait quand nous devisions dans le bateau. Puis, en récompense des services rendus, le commandement accepte sa demande de mutation pour une affectation dans un lieu plus agréable que le front de l'Est. Début 1943, après l'invasion de la zone libre par la Wehrmacht, il rejoint une garnison dans le sud de la France où on le charge de superviser la lutte contre la résistance locale. »

Poirot dirigea ses yeux vers Ann Arowns.

« Quelques mois plus tard, un avion de la RAF chargé de parachuter des armes à destination du maquis, est abattu dans le ciel de Provence. Il atterrit en catastrophe dans un champ de lavande et ses occupants sont faits prisonniers. Après un interrogatoire inhumain, ils sont tous exécutés sommairement, au mépris des règles de la guerre, par l'officier qui en avait la charge : Un certain Josef Kranz ! Le pilote de cet avion se nommait Charles Arowns. Votre père, Miss ! »

Le belge se tourna alors vers le docteur :

« Une semaine avant le débarquement des alliés en Provence, un commando britannique est parachuté sur un relais de transmissions qu'il doit faire sauter. La mission échoue. Parmi les douze soldats, seuls deux survivants réussissent à fuir. L'un d'eux est blessé. Ils trouvent refuge dans une ferme abandonnée. Le premier, le sergent Miller, est arrêté par une patrouille. Il mourra sous la torture. Le second, qui a eu la main déchiquetée par un éclat de grenade pendant l'attaque, arrive miraculeusement à s'échapper et rejoint les maquisards. Il se nomme… Neville Hammersmith. Et vient de perdre son meilleur ami, qui succombera aux sévices de Josef Kranz. »

Hercule Poirot fit glisser son regard sur Colette Dubois.

« Pendant la retraite des troupes allemandes, le peloton qu'il dirige est attaqué par un groupe de résistants communistes. Beaucoup de soldats sont tués mais un des attaquants est blessé. Kranz lui fait avouer sous la torture le nom du chef qui a mené l'embuscade. La troupe se rend à la maison du responsable, l'encercle, et assassine froidement Georges Dubois, sa femme, et leur fils âgé de dix ans. Quand leur deuxième enfant, Colette, revient de chez sa grand-mère où elle était en visite, elle trouve la maison en flammes, où se consument les corps des membres de sa famille.

À la fin de la guerre, on perd la trace de Josef Kranz dans les ruines de Berlin. On le croit mort. Il réussit à s'enfuir en Espagne, aidé par une association d'aide aux criminels nazis, et, de là, gagne l'Amérique où il entame une nouvelle vie. Il change son apparence, se fait refaire le visage, prend un nouveau nom, et devient écrivain à succès ! 

Et sa misérable existence s'achève une nuit d'hiver, dans une cabine de téléphérique, au cœur des Alpes autrichiennes !… »

Le silence se fit. Parmi les quatre personnes interpellées, aucune n'osait réagir.

« Vous ne dites rien ? Qui ne dit mot consent ! Il ressort de tout ça que le mobile du crime est la vengeance. Vous aviez toutes d'excellentes raisons de tuer Klinkel-Kranz. Et, pour parler franchement, je n'oserais vous en blâmer. Mais ma mission, en tant que représentant de la loi, est de confondre l'assassin, ou si vous préférez, le justicier ! S'il veut bien se dévoiler maintenant. Qu'il se désigne ! Je lui promets de témoigner en sa faveur lors du procès. »

Comme personne ne se manifestait, Poirot hocha la tête et reprit son monologue :

« Comme vous voudrez ! Je dois remettre en marche mes petites cellules grises, qui ont été mises, ces derniers temps, à rude épreuve. Ainsi j'ai devant moi quatre innocents ! Si je ne me fie qu'aux indices matériels, vous avez tous un excellent alibi. À part, peut-être, Monsieur Apfelbaum ; qui aurait pu me tromper en évitant de laisser des empreintes sur le pistolet. Mais ne me tromper que jusqu'à l'arrivée de la police. Car si l'arme, qu'il n'avait manipulée qu'à travers un mouchoir, se révélait, après examen, recouverte des traces de ses doigts, cela en ferait le coupable désigné. Un alibi provisoire. Mais n'oublions pas qu'il a nié être le coupable, alors qu'il aurait très bien pu avouer sans risque, puisqu'il me tenait en respect sous la menace de l'arme qui s'est révélée être celle du crime.

Neville Hammersmith intervînt :

« - Et Miss Arowns ? Quel est son alibi, Monsieur Poirot ? Je me refuse à endosser le rôle de procureur car j'accorde à cette jeune fille toute ma sympathie ; c'est une victime, comme nous tous ; mais vous l'avez innocentée de façon bien hâtive, il me semble ! Prise en flagrant délit de mensonge, elle a dû avouer que le pistolet qui se trouvait à ses pieds était bien le sien. Mais cela prouve-t-il que l'autre pistolet, l'arme du crime, n'était pas en sa possession avant l'exécution de Klinkel ?

-  Allons, vous déraisonnez, répondit le détective.

-  Je ne faisais que mettre en évidence une faille dans votre raisonnement !

-  Votre hypothèse ne tient pas debout ! Et vous le savez très bien ! Miss Ann aurait emporté deux pistolets dans son sac, l'un chargé de quatre balles, l'autre de six ; elle aurait fait feu avec cette dernière, puis s'en serait débarrassée en la jetant dans la remise, et aurait lancé l'autre à ses pieds pour faire croire qu'il s'agissait de l'arme du crime. Ça vous semble crédible ? Pas à moi ! Miss Arowns, et ce n'est pas lui faire injure, n'est pas le genre de personne à accomplir un plan aussi tordu. Et pourquoi aussi compliqué ? N'oubliez pas que le coupable a obéit à l'impulsion du moment, sans avoir prémédité d'agir dans la cabine ; et qu'en outre, mademoiselle Arowns, après que je lui ai obligé de reconnaître son mensonge, tenait une arme dans sa main. Au lieu de me menacer avec, elle a cherché à s'en débarrasser ; ce qui ne correspond pas à l'attitude qu'aurait eu l'assassin.

-  Alors, qui est le coupable, enfin ? – lança le docteur d'une voix exaspérée.

-  Je dois avouer que je n'en sais rien. Après avoir soupçonné successivement chacun d'entre vous, me voilà revenu à la case départ !

Non ! Je dois reprendre mon raisonnement au début. En oubliant tout de mes réflexions et déductions. J'ai la conviction d'avoir laissé de côté un fait primordial ; une évidence qui me crève les yeux et que je me refuse à voir !

Quoi qu'il en soit, l'auteur des coups de feu qui ont tué Kranz est, à l'évidence, un excellent comédien. Je le propose, dès à présent, comme animateur du club de théâtre de la prison où il sera incarcéré ! Je n'obtiendrai rien par la pression psychologique, j'en suis convaincu. En attendant, repassons en revue les suspects !

Miss Arowns, il y avait dans votre sac à main un pistolet contenant quatre balles. Pourquoi quatre ? Alors qu'on peut en mettre six dans le chargeur. Je n'ai pas été convaincu par votre explication. C'était pour ne pas alourdir votre charge, avez-vous dit. Or le poids de deux balles supplémentaires aurait représenté deux onces environ. Quand on sait ce que peut contenir un sac de dame, ces deux onces ne sont pas grand chose ! »

La jeune fille s'apprêtait à répondre. Mais Poirot ne lui en laissa pas le temps.

« Que je suis bête ! Mais, c'est évident ! Quatre ! Le chiffre magique ! »

Puis, en pointant son index successivement sur chacun des passagers, il compta :

Miss Arowns, un ! Monsieur Apfelbaum, deux ! Madame Dubois, trois ! Monsieur Hammersmith, quatre ! Le compte y est !

-  Que voulez-vous dire ? – dit Hammersmith.

-  Vous le savez très bien – répondit Poirot – puis, dirigeant son doigt sur le docteur, il déclara - : Je vous accuse, Monsieur, d'être venu ici dans l'unique intention de tuer Erwin Klinkel ; l'homme qui a assassiné votre meilleur ami, le sergent Miller, en 1944, après lui avoir fait subir une nuit de tortures barbares. Regardez-moi dans les yeux et osez me dire que ce n'est pas vrai !

-  Euh… Je ne puis prétendre le contraire, inutile de nier. C'est vrai ! Je ne me suis rendu en Autriche, à la suite de cette invitation, que pour exécuter Josef Kranz ; le salaud, l'ordure, qui a torturé mon copain, après l'avoir martyrisé.

-  Mais vous n'êtes pas le seul ! Ainsi ce n'est pas quatre innocents que j'ai face à moi, mais quatre coupables ! C'est en me remémorant une affaire que j'avais résolue il y a quelques années que la vérité m'est apparue ; c'était à bord d'un train qui se rendait en Orient. La victime fut découverte criblée de coups de couteau. Chacun des suspects avait une bonne raison de la tuer. En fait, ils étaient tous coupables ; l'un après l'autre, passant dans le compartiment où elle dormait, avait donné un coup de lame. Nous sommes ici en présence d'un cas identique ; sauf que le meurtre ne devait pas être commis au couteau mais avec une arme à feu. C'est vous, Mademoiselle Arowns, qui transportiez l'instrument de la vengeance ! Et Hammersmith qui a effectué les repérages, ce qui explique qu'il connaissait déjà les lieux ; et mis au point les détails de l'opération en mettant à profit l'expérience qu'il a acquise dans l'armée. Ainsi, vous vous connaissiez avant de venir ici ? »

Les quatre, après s'être regardés, firent non de la tête. Solomon Apfelbaum s'adressa à Poirot :

« - Connaissez-vous Némésis ?

-  Ça me dit quelque chose… Oui ! Je me souviens ! Une déesse de l'antiquité. Je connaissais une dame, une vieille folle, qui s'identifiait à ce personnage.

-  La déesse de la vengeance chez les anciens grecs. C'est aussi le nom d'une organisation qui traque les anciens criminels nazis. Pour les soustraire à une justice trop laxiste qui ne les condamne, dans la majorité des cas, qu'à la prison. Cette société secrète contacte les victimes de crimes de guerre et leur propose d'exécuter elles-mêmes la sentence. Mais la discrétion est une règle absolue. Pour ma part, je ne savais que le strict nécessaire : cette invitation en Autriche où je devais rencontrer, outre Klinkel dont on m'avait donné le signalement, trois autres personnes dont une possédait l'arme. J'ai donc été surpris de voir que nous étions six au lieu de cinq.

-  Et oui, vous ne vous attendiez pas à ce qu'Hercule Poirot s'invite dans votre petite… fête !

-  Certes non ! Et j'ai vite compris que vous tenteriez de nous mettre des bâtons dans les roues. Je savais aussi que l'exécution devait avoir lieu demain soir, après que ce Monsieur Tchevo, le cerveau de l'opération, se serait montré à nous.

-  Mais votre but est atteint ! Même si ce n'est pas de la manière prévue. À propos, Madame Dubois, vous avez sciemment tenté de noyer Klinkel sur le ponton. N'est-ce pas ? Vous pouvez l'avouer maintenant.

-  En effet ! Voyant que les choses ne se passaient pas comme prévu et qu'un représentant de la loi était parmi nous, j'ai décidé de prendre l'initiative. Je pensais que l'exécution au revolver était devenue impossible, car vous étiez là pour nous surveiller. Et j'ai tenté de pousser ce criminel dans l'eau, puisqu'il venait de m'apprendre qu'il ne savait pas nager. La mort par noyade est assez horrible, et ce châtiment me semblait adapté à ce salaud. On aurait conclu à un accident.

-  Et c'est à partir de ce moment que Klinkel a compris que son exécution pourrait intervenir avant notre arrivée au chalet. Car il savait que cette invitation était un guet-apens ! Des espions, travaillant dans l'organisation d'anciens nazis ayant favorisé sa fuite en Amérique, l'ont avertit qu'il se tramait quelque chose contre lui. Il savait tout : votre identité, vos mobiles, l'heure à laquelle vous aviez prévu de l'exécuter. Et il a accepté de se rendre ici uniquement pour avoir l'occasion de supprimer des témoins gênants. Il vous aurait éliminés l'un après l'autre, dès votre arrivée et détruit les preuves. En provoquant, par exemple, l'incendie du chalet.

-  Comment savez-vous tout ça ?

-  Le MI5 est le meilleur des services secrets au monde… Mais dites-moi, Madame, comment avez-vous été contactée par l'organisation Némésis ?

-  Toujours par lettre, ou par téléphone avec une voix déformée. J'avais juste pour consigne d'obéir aux ordres, quand j'en recevrais. Ainsi, je suppose, que mes trois compagnons. »

Les autres acquiescèrent. Poirot hocha la tête et caressa sa moustache

« J'ai bien avancé ! J'ai les coupables, le mobile. D'habitude quand j'arrive à ce point, mon enquête est achevée et je rentre chez moi ! Mais là, il y a un hic ! Le crime n'a pas eu lieu ! Ou plutôt, il a été anticipé ! Je ne sais toujours pas qui a tiré sur Klinkel ! »

Le détective se remit à faire les cent pas en raisonnant tout haut.

« Voyons ! J'ai laissé de côté un élément très important ; une pièce essentielle du puzzle qui, mise en place, dévoile l'image dans sa totalité ! Et ce fait primordial n'attend, pour me sauter aux yeux, que l'autorisation de mes petites cellules grises. Réfléchissons ! Déroulons tous les fils de mon raisonnement pour en tisser un nouveau canevas, sans à-priori, en examinant toutes les hypothèses. »

Soudain, les petits yeux du belge s'illuminèrent.

« Mais bien sûr ! Si j'intègre à mon raisonnement ce que je refusais d'envisager, et qui pourtant, tombe sous l'évidence, tout devient clair ! Mais oui ! C'est cela !

Mesdames, Messieurs, je vais de ce pas désigner la personne qui a tué Erwin Klinkel ! »

Puis il pointa vers le plafond son index tendu et baissa lentement son bras en direction des quatre autres occupants de la cabine.

« l'assassin est…

 

... NDA : pour le savoir révéler d'abord le texte qui suit. Blanc sur neige, ça ne ressort pas bien...

 

 

Dans le menu principal de ce site, sur la bordure gauche en bas, se trouve un lien caché. Posez dessus la flèche de la souris. Vous aurez la suite.

 

 

 

remonter